La statue Harley de Johnny Hallyday fait tousser les écologistes à Paris

Même mort, Johnny Hallyday met le feu à Bercy ! A Paris, un projet de sculpture visant à rendre hommage au rockeur devant le Palais Omnisports, où il a chanté à plusieurs reprises, suscite une jolie polémique politique. Emmanuelle Pierre-Marie, la maire écologiste du 12e arrondissement (celui concerné par l’érection de la statue), est en effet très réservé à l’égard de l’œuvre en question, qui porte sur une énorme moto Harley-Davidson. Alors que le dossier devait être examiné mercredi 23 juin par le conseil d’arrondissement, celui-ci l’a retiré de l’ordre du jour, sans explication. La droite crie déjà au « La censure verte ». elle dénonce « Considérations idéologiques et sectaires » en ce qui concerne« Un artiste qui incarne Paris et la France ».

Tout a commencé avec un homme, Kamel Mennour, galeriste parisien spécialisé dans l’art contemporain. Après le décès de Johnny Hallyday, en décembre 2017, M. Mennour a souhaité qu’une sculpture soit installée à Paris à la mémoire de l’interprète de Noir c’est noir. Pour ce faire, il s’est rapproché d’un des artistes qu’il représente, Bertrand Lavier, 72 ans, artiste plasticien connu pour ses objets superposés : un réfrigérateur posé sur un coffre-fort, une enclume installée sur un meuble. avec tiroirs …

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La pandémie de Covid-19 ralentit à peine « Johnnymania »

Pour l’occasion, Bertrand Lavier a associé deux emblèmes de « l’idole des jeunes » : une moto et une guitare électrique. Le monument qu’il a conçu se compose d’un poteau en acier de 4,75 mètres en forme de manche de guitare Gibson, coincé dans une base bleutée. Au sommet du mât doit trôner une véritable Harley de couleur bleu métallisé, modèle Fat Boy. « Une greffe poétique », selon la présentation officielle. Le projet, qui peut paraître assez kitsch, a été validé par Laeticia Hallyday, ravie de ce « Action pour faire revivre la mémoire de Johnny ».

Nourrir le procès des écologistes

L’idée de Kamel Mennour était d’offrir cette œuvre à la Ville de Paris, pour qu’elle l’installe devant le Palais Omnisports, rebaptisé Accor Arena, sur l’esplanade Johnny-Hallyday, qui doit être inaugurée en septembre. Les discussions avec la mairie se sont bien déroulées, et une délibération pour entériner ce don doit encore être soumise au prochain conseil municipal, prévu à partir du 6 juillet.

« J’appréhende un peu les hommages retentissants que ce monument est susceptible de susciter », ajoute le maire du 12e arrondissement

Mais la première étape, celle d’un bilan par les élus du 12e arrondissement, se heurte à la résistance d’Emmanuelle Pierre-Marie, la seule maire écologiste de Paris. « Johnny Hallyday est un immense artiste, et j’étais ravi à l’idée qu’une œuvre représente ce grand chanteur, elle explique. Là, je suis dubitatif. A l’heure où l’on veut créer une ville durable et apaisée, le projet met principalement en scène une Harley-Davidson, qui symbolise tout autre chose. ” Pour les écologistes et les féministes comme elle, les motos de ce type, avec leur moteur puissant et leur grondement, sont davantage associées à la pollution, au bruit et à l’hypervirilité. Tout ce que les Verts rejettent. A Paris, la municipalité à laquelle ils sont associés vient de décider de payer le stationnement des motos et scooters. « J’appréhende un peu les retours d’hommages que ce monument est susceptible de susciter », adds Emmanuelle Pierre-Marie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Régional 2021 : trois jours avant le second tour, trois rencontres et trois ambiances en Ile-de-France

Problème : les socialistes qui tiennent la ville ne chantent pas le même air. « Je soutiens évidemment ce travail, assure Emmanuel Grégoire, le premier assistant d’Anne Hidalgo. Elle joue Johnny Hallyday. La moto est un symbole très personnel de l’artiste. “

Et à deux jours du second tour des régionales, la droite se réjouit d’alimenter le procès des écologistes. “Les motos faisaient partie de la vie de Johnny, n’en déplaise aux Verts”, pince Valérie Montandon, élue (Les Républicains) du 12e arrondissement, tout en reconnaissant que l’esthétique du projet peut être remise en cause. « Pourquoi avez-vous retiré ce sujet de l’ordre du jour ? Au contraire, il faut en discuter », elle dit. Le débat prévu au conseil de Paris s’annonce brûlant. ” Allumer le feu “, Johnny a promis.

lire la suite