L’ancien producteur canadien Gilbert Rozon visé par une quatrième plainte pour viol

Dernière plainte de ce genre en un peu plus de deux mois contre le fondateur du festival « Juste pour rire ». Un quatrième Canadien poursuit l’ancien magnat de l’humour québécois Gilbert Rozon, qu’elle accuse de l’avoir violée en 1980, ont annoncé mercredi 23 juin les avocats de la plaignante. Annick Charette réclame 1,3 million de dollars canadiens (880 000 euros) à l’ancien producteur, selon une requête déposée au palais de justice de Montréal.

Depuis avril, trois autres Québécoises, Lyne Charlebois, Patricia Tulasne et Danie Frenette, ont également poursuivi l’ex-jurée de l’émission « La France a un talent incroyable » en procédure civile. Mmoi Charette avait déposé une plainte pénale contre le producteur québécois de 66 ans, finalement acquitté en décembre à Montréal des accusations de viol et d’attentat à la pudeur pour lesquelles il risquait une peine de prison. La juge Mélanie Hébert a alors considéré qu’elle ne pouvait conclure à la culpabilité de M. Rozon. “Au-delà de tout doute raisonnable”.

« Un scénario grotesque »

Dans le dossier civil consulté par l’Agence France-Presse, M.moi Charette soutient que M. Rozon a ” les esprits “ en niant sa version des événements au cours du procès pénal et « En inventant de toutes pièces un scénario qui inverse les rôles ». « Un scénario grotesque » dans lequel c’est elle « Qui était l’agresseur, et Rozon la victime », est-il écrit. Elle a vécu cet épisode « Comme un deuxième viol et subi un préjudice important ». “Depuis le viol, elle vit avec une cicatrice à l’intérieur d’elle, et cette cicatrice ne disparaîtra jamais complètement”, peut-on lire dans ce document.

Alors qu’elle passait la nuit chez M. Rozon, la plaignante a affirmé que l’ancien magnat de l’humour l’avait réveillée pour avoir des relations sexuelles avec elle. Bien que n’y consentant pas, ne sentant pas la force de résister, elle finit par céder, assura-t-elle. M. Rozon, 25 ans à l’époque des faits, a pour sa part affirmé que c’était Annick Charette qui l’avait réveillé pour l’obliger à avoir des relations sexuelles.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Lors de son procès pour viol, l’ancien producteur québécois Gilbert Rozon accuse le plaignant de l’avoir abusé

Lyne Charlebois, Patricia Tulasne et Danie Frenette ont participé à la création des Courageuses, un collectif d’une vingtaine de femmes présumées victimes de l’ancien producteur entre 1982 et 2016. Ce groupe avait engagé une action collective contre Gilbert Rozon, rejetée par la justice canadienne.

Touché par des accusations d’agressions sexuelles en octobre 2017, en plein mouvement #metoo, Gilbert Rozon a depuis quitté son poste à la tête du groupe Juste pour rire. L’impact de ces affaires, à la suite du scandale Harvey Weinstein aux États-Unis, avait conduit les chaînes de télévision françaises M6 et C8 à déprogrammer des programmes auxquels Gilbert Rozon était associé.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Féminisme de lynchage » ou « brillant continuum » : la deuxième vague de #metoo au Québec

Le monde avec l’AFP

cliquez sur le site