Paul Pobga, le danseur étoile du Blues

Le pouce levé en direction de la tribune de la presse, Paul Pogba exprime sa satisfaction du travail bien fait. Le destinataire de son geste est un autre champion du monde, Robert Pirès. Contrairement à celui qui est désormais commentateur à la télévision, critiqué par le sélectionneur Aimé Jacquet lors d’une scène célèbre du Mondial 1998, Pogba n’a pas eu à muscler son jeu à la mi-temps du match de France. -Allemagne, mardi 15 juin.

Au contraire, le Mancunien – élu homme du match – a dominé son sujet à l’Allianz Arena de Munich. Rayonnant après la victoire remportée par les Bleus (1-0) pour leur premier match à l’Euro, le milieu de terrain s’attarde sur la pelouse, passe un coup de fil le sourire aux lèvres et se prête aux selfies – à une distance sanitaire réglementaire – avec quelques partisans. Un vibrant « Pogba, on t’aime ! » Ponctue la scène.

Comme il en a pris l’habitude depuis l’Euro 2016 et plus encore la Coupe du monde 2018, dès que l’équipe de France ouvre sa saison de grandes compétitions, Paul Pogba revêt ses habits de lumière. Comme s’il était le danseur étoile de l’opéra de Paris, le Seine-et-Marnais éclabousse le spectacle du football de sa maîtrise.

Lire aussi Euro 2021 : face à l’Allemagne, la France franchit son premier sommet

Mordu par Antonio Rüdiger

En Allemagne, pendant plus d’une heure de jeu, il a assommé ses adversaires par ses gestes techniques et son activité – douze ballons récupérés de l’équipe adverse. En entrechats, il a notamment offert au public une ouverture de l’extérieur du pied qui a conduit au but tricolore.

Impressionnant de facilité, le milieu de terrain a tellement brillé qu’il a agacé un ami. A la fin du premier acte du récital Pogba, le défenseur allemand Antonio Rüdiger est pris d’une irrésistible envie de mordre l’artiste. Un geste inhabituel non sanctionné par l’arbitrage et que les Français ont minimisé après la rencontre, là encore avec élégance : ” C’est arrivé. Je ne suis pas ici pour le faire suspendre. Je pense qu’il m’a un peu mordu. C’est peut-être amical tant on se connaît bien…”

Avec son club de Manchester United, Paul Pobga est néanmoins resté sur deux saisons compliquées : tantôt sur le banc des remplaçants, tantôt blessé et souvent irrégulier, sorte d’intermittent de l’émission.

Sous le maillot bleu et sous les ordres de son entraîneur, Didier Deschamps, l’esthète ne déçoit jamais. « Nous sommes habitués à ça, à ces grosses compétitions. C’est là où nous devons être présents, où nous devons prouver encore et encore notre statut, commente-t-il. Malgré notre titre de champion du monde, nous restons humbles : humbles dans le travail technique, dans l’agressivité et dans le jeu collectif. “

Il vous reste 38,9% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

mon dernier billet de blog