l’Autorité de sûreté nucléaire exhorte la France à prendre des décisions

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a appelé les autorités à prendre rapidement des décisions sur la gestion des déchets nucléaires. « Des décisions seront nécessaires, à court terme, pour que des filières de gestion sûres soient disponibles pour tous les types de déchets radioactifs dans les quinze à vingt prochaines années », a-t-elle souligné, lundi 7 juin, dans un avis.

elle insiste « L’importance d’anticiper les choix de gestion des matières et déchets radioactifs ». Cette mise en garde intervient alors que la France prépare son cinquième plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR). L’ASN a publié plusieurs avis, le dernier en mai, en vue de préparer ce plan et elle multiplie les alertes à ce sujet depuis le début de l’année.

Dans un récent rapport soumis aux parlementaires, elle a estimé que « Qu’en l’absence d’une décision prise dans les cinq prochaines années, aucun système de gestion ne serait opérationnel dans les vingt prochaines années ». « Les exigences de capacité pour le stockage des déchets ne seront pas [alors] donc pas assuré ”, selon l’ASN. Concernant les déchets les plus dangereux et radioactifs, dits de haute activité à vie longue, elle a souligné lundi que « Le stockage à long terme ne peut pas être une solution définitive ».

Le projet Cigéo en attente d’autorisations

Pour ces déchets, la France prévoit de stocker 500 mètres sous terre à partir de 2035 à Bure, dans la Meuse : c’est le projet Cigéo, qui doit encore obtenir une série d’autorisations avant d’être formellement lancé. En attendant, les déchets sont stockés temporairement.

Mais ce projet Cigéo, estimé à 25 milliards d’euros, suscite l’opposition. Il était récemment au cœur d’un procès pénal à Bar-le-Duc, au cours duquel le parquet a requis un an de prison ferme contre un opposant. L’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs recensait 1,67 million de mètres cubes de déchets radioactifs en France à fin 2019, dont environ 4 000 mètres cubes de haute activité.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Déchets nucléaires : l’Autorité environnementale donne son avis sur le projet de stockage de Bure

Le monde avec l’AFP

référence