5 000 spectateurs munis d’un QR code assisteront au match de préparation à l’Euro 2021

L’équipe de France a passé un dernier tour d’essai, mardi 8 juin, à 21h10, contre la Bulgarie avec l’espoir de garder sa confiance intacte et d’éviter toute blessure, une semaine avant son entrée en lice pour l’Euro.

L’enceinte du Stade de France, à Saint-Denis, sonnera moins creuse que ces derniers mois : 5 000 spectateurs sont invités, la Fédération française de football (FFF) ayant obtenu une dérogation au couvre-feu et aux restrictions sanitaires, avec une journée d’avance sur la nouvelle étape du déconfinement. Armés d’un QR code justifiant d’une vaccination ou d’un résultat de test de dépistage Covid-19 négatif, 800 soignants, 500 élèves et 450 pompiers, policiers et gendarmes auront ainsi l’occasion d’encourager les champions du monde, avant les choses sérieuses.

Le moral des Bleus est au beau fixe, bientôt deux semaines après le début de la préparation du Championnat d’Europe (11 juin – 11 juillet). La réintégration de Karim Benzema après plus de cinq ans et demi d’absence s’est déroulée sans accroc, les tests de dépistage Covid-19 n’ont pas réservé de mauvaises surprises, le premier match amical était une formalité, mercredi à Nice, contre les Gallois (3 -0), et les entraînements à Clairefontaine (Yvelines) sont tous plus joyeux les uns que les autres. Rien ne semble perturber, pour l’instant, la sélection de Didier Deschamps, pas même le statut de grand favori de l’Euro que tous les observateurs européens lui attribuent.

« On sera attendu avec ce statut de champion du monde, tout le monde voudra battre l’équipe de France. C’est clair, précis, et nous nous préparons à relever tous ces défis ”, a lancé lundi le capitaine Hugo Lloris, présentant la confiance et la prudence comme les piliers du succès : « A très haut niveau, si on ne fait pas preuve d’humilité, on peut le payer cher », a-t-il déclaré.

Lire aussi Connaissez-vous l’histoire de l’Euro de football ?

« Avoir le temps de jouer, trouver des repères »

Même s’il « Il y aura un répondant », selon Didier Deschamps, Bulgarie – coincé dans le 71e place au classement FIFA – n’aura rien à voir avec l’Allemagne, premier adversaire redoutable, le 15 juin à Munich, ou le Portugal de Cristiano Ronaldo, autre ogre du groupe F de l’Euro. Il faut donc continuer à monter en puissance avant le grand rendez-vous, peaufiner les automatismes et créer un rythme. “L’objectif n’est pas de se jauger, c’est d’avoir du temps de jeu, de trouver des repères”, prévient Lloris. Mais « La date qui nous trotte dans la tête est le 15 juin face aux Allemands. Dans l’approche, il y aura encore d’autres choses : l’adrénaline, cette part d’inconnu ».

Avec Kylian Mbappé, Karim Benzema et Antoine Griezmann, le « triangle d’or » a besoin de minutes sur le terrain et Deschamps a déjà répété que ce deuxième match de préparation ne peut être « Une revue des effectifs » comme c’était le premier. L’entraîneur récupère notamment une pièce maîtresse, N’Golo Kanté, arrivé en retard (comme Olivier Giroud et Kurt Zouma) après son succès en Ligue des champions avec Chelsea. Mais le meilleur joueur de la finale de C1 est revenu fatigué et n’a repris l’entraînement collectif qu’en fin de semaine.

Après une saison allongée et une préparation écourtée, la fraîcheur sera de rigueur et la direction des Tricolores ne voudra sans doute prendre aucun risque face aux pépins physiques qui affectent le groupe à quelques jours du départ pour Munich. Kingsley Coman, Adrien Rabiot (cheville) et Lucas Hernandez (genou) sont ainsi incertains, comme l’a confirmé le technicien basque lundi, sans toutefois relever leur forfait. Les deux premiers se sont entraînés séparément lundi soir au Stade de France, contrairement au troisième.

Quant à Olivier Giroud, en manque de rythme après une fin de saison passée sur le banc à Chelsea, il n’a pas abandonné son ” but “ pour tenir l’Euro et devra retrouver des sensations, dans son jardin de Saint-Denis où il a inscrit 22 de ses 44 buts internationaux.

Lire aussi Euro 2021 : la France, tout sur l’équipe

Le monde avec l’AFP

Article complet