les français font profil bas

« Les Français sont toujours là et ils sont bons. Mais ils ne gagnent pas » Début juin, en marge du Critérium du Dauphiné, Alain Deloeuil, directeur sportif de l’équipe cycliste Cofidis, dressait ce constat amer. Depuis trente-six ans et la victoire de Bernard Hinault en 1985, aucun tricolore n’a franchi la ligne d’arrivée du Tour de France sur les Champs-Elysées avec le maillot jaune de leader du classement général.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Sur le Tour d’Italie, Romain Bardet veut voir la vie en rose

Et ce samedi 26 juin à Brest, c’est un peloton français privé de deux de ses figures de proue qui prendra le départ de la 108e édition de la Grande Boucle. Dès le début de la saison, Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) et Romain Bardet (Team DSM) avaient annoncé cette année qu’ils préféraient viser le maillot rose du Giro plutôt que le jaune du Tour – le premier, qui souffre encore de le dos après une chute sur le Tour de France 2020, n’a finalement pas pu s’aligner sur les routes sinueuses d’Italie ; le deuxième a terminé 7e au classement général.

Le parcours de cette édition et la tenue de la course en ligne des Jeux Olympiques (JO) de Tokyo le 24 juillet 2021, quelques jours après l’arrivée à Paris, diminuent apparemment encore plus les espoirs de voir un Français réussir cette année. le « Blaireau », surnom donné à Bernard Hinault. Meilleur pilote français sur les routes du Tour l’an dernier – 11e au classement général -, Guillaume Martin, leader de la formation Cofidis, semble ainsi avoir déjà modéré ses ambitions.

Lire aussi : Guillaume Martin, une lueur dans la nuit

Avec une Grande Boucle au parcours moins montagneux et riche en deux contre-la-montre, celui qui pourrait bien assumer le rôle de leader de la délégation cycliste française au Japon anticipe qu’il sera détaché de la course du maillot jaune. « Je ne viserai plus les étapes (…). Trois semaines de Tour complet, c’est aussi trop énergivore avec ce délai [olympique] », il explique.

Une tâche difficile pour Gaudu

David Gaudu (Groupama-FDJ) pourrait bien, lui aussi, assumer le statut de leader aux JO. D’autant plus qu’avec ses 9e place au Critérium du Dauphiné – d’où il repart avec le maillot blanc de meilleur jeune – le coureur s’est rassuré sur son état de forme et a montré qu’il fallait compter avec lui pour les prochaines échéances.

Le Breton de 24 ans, qui dispute son quatrième Tour de France, quitte pour la première fois son rôle de lieutenant de Thibaut Pinot en montagne pour endosser celui de co-leader de son équipe – partagé avec le sprinteur Arnaud Démare.

« Nous avons des coureurs parmi les leaders mondiaux, nous pouvons viser plusieurs étapes. Nous avons de l’ambition à toutes les étapes et seule l’entraide combinée à une stratégie au quotidien nous permettra d’atteindre nos objectifs », avance Yvon Madiot, le directeur sportif de la formation Groupama-FDJ, qui ne s’interdit pas de se concentrer progressivement sur le classement général.

Il vous reste 39,46% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

hop sur ce site